La Jérusalem céleste !

Où courons-nous ?
Ce mois-ci, alors que nous sommes dans la perspective de Noël et d’une année nouvelle, j’ai eu à coeur de vous faire partager le texte biblique ci-dessous.
Alors que notre monde s’affole, il semble important parfois de s’arrêter afin de savoir où nous allons.
Le témoignage poignant de Bernard Giraudeau dans ce numéro nous montre l’urgence de se poser les bonnes questions.

La Jérusalem céleste
J’aime ce texte qui termine notre Bible. Dieu nous parle de nos perspectives d’avenir. En effet, une chose est sûre, un jour nous mourrons tous !
Cependant pour nous chrétiens la finalité est toute différente et nous proclamons dans notre Credo que nous croyons en la vie éternelle !

Courons vers le but.
Saint Paul nous dit : “Non que je sois déjà au but, ni déjà devenu parfait ; mais je poursuis ma course pour tâcher de saisir, ayant été saisi moi-même par le Christ-Jésus. Non, frères, je ne me flatte point d’avoir déjà saisi ; je dis seulement ceci : oubliant le chemin parcouru, je vais droit de l’avant, tendu de tout mon être, et je cours vers le but, en vue du prix que Dieu nous appelle à recevoir là-haut, dans le Christ Jésus.” ( Philippiens 3,13)
Oui courons vers le but, comme ce weeck-end encore avec le groupe de prière Siloé à Bruxelle, où Dieu à agit avec puissance et force dans des coeurs ouverts et disponible à son action purificatrice et créatrice ! Et là Dieu fait des merveilles !

Etablissons-nous dans la Victoire !
Notre espérance n’est pas vaine dans la mesure où nous nous laissons sauver. Il nous faut désirer voir cette Jérusalem d’en haut. Que notre désir soit force d’attraction vers ces lieux célestes ! Pour cela, déposant le manteau du “vieil homme”, emparons-nous de cette sainte violence de ceux à qui appartient le Royaume de Dieu et entrons-y par la louange et l’adoration. C’est en effet le chemin de toute notre vie vers la célébration des noces éternelles.

Joyeux et saint Noël et que Dieu vous bénisse !
Thierry Fourchaud

Texte biblique : Le monde nouveau et la Jérusalem nouvelle
Puis je vis un ciel nouveau, une terre nouvelle - car le premier ciel et la première terre ont disparu, et de mer, il n’y en a plus. Et je vis la Cité sainte, la Jérusalem nouvelle, qui descendait du ciel, de chez Dieu ; elle s’est faite belle, comme une jeune mariée parée pour son époux.
(...) Puis l’Ange me montra le fleuve de Vie, limpide comme du cristal, qui jaillissait du trône de Dieu et de l’Agneau. Au milieu de la place, de part et d’autre du fleuve, il y a des arbres de Vie qui fructifient douze fois, une fois chaque mois ; et leurs feuilles peuvent guérir les païens. De malédiction, il n’y en aura plus ; le trône de Dieu et de l’Agneau sera _ dressé dans la ville, et les serviteurs de Dieu l’adoreront ; ils verront sa face, et son nom sera sur leurs fronts. De nuit, il n’y en aura plus ; ils se passeront de lampe ou de soleil pour s’éclairer, car le Seigneur Dieu répandra sur eux sa lumière, et ils régneront pour les siècles des siècles.

Apocalypse 21 et 22

SOMMAIRE DE CE NUMERO :
Bernard Giraudeau page 4
Dieu existe page 6
Guérison page 8
Ismaël Sadock page 10
Histoires vraies page 12
Enfants aimés page 14
Famille page 16
Actualité page 18
Histoire vraie page 20
Père spirituel page 22
La vie de Jésus page 24
BD page 26
Humour page 27
Agenda page 28
Père Guy page 30
Abonnement page 31
Prière page 32